Les Acrobates

Acrobates Films est une société indépendante et artisanale, créée en 2002, qui produit des longs-métrages en coproduction internationale et des documentaires de création. Nous développons et produisons des films dont les auteurs amènent une vision contemporaine et singulière du monde, quels qu’en soient les sujets ou les origines. Nous sommes attachés à la visibilité internationale des films que nous produisons. Ce choix se traduit par des coproductions avec de nombreux pays dont l’Italie, l’Allemagne, le Vietnam, les Pays-Bas, Singapour, le Liban, le Burkina Faso, le Venezuela, l’Indonésie; et des sélections et prix dans les grands festivals internationaux dont Berlin, Cannes, Venise, San Sébastien, Toronto. En près de 20 ans d’existence, Acrobates Films a produit neuf longs-métrages et plus de trente documentaires et essais. Acrobates Films est membre du Syndicat des Producteurs Indépendants (SPI).

Claire Lajoumard

Après une Maitrise de Lettres Modernes option Cinéma, à l’Université de Paris III, Claire Lajoumard travaille au CNC puis dans différentes sociétés de production dont Les Films de la Lune Vague.
De 1996 à 2000, elle est associée de Paraiso Production où elle collabore, selon les films, comme directrice de production, productrice associée, productrice exécutive (3 longs-métrages, 15 courts-métrages).
Elle travaille ensuite comme directrice de production et productrice exécutive chez Key Light Productions (2 longs-métrages, 1 court-métrage).
En 2002, elle fonde la société, Acrobates Films.
Parallèlement et depuis 2010, elle est experte pour les Ateliers Produire au Sud (Festival des 3 Continents de Nantes) ainsi que ponctuellement pour d’autres ateliers sur la coproduction internationale (EAVE Ties That Bind, SEAFIC).
Chargée de cours de 2016 à 2019 à l’Université Polytechnique Les Hauts de France, Master 2 MCAV.
Diplômée EAVE 2000.

Aamir Bashir

Aamir Bashir est né en 1970 à Srinagar, Cachemire, Inde. Après avoir obtenu un diplôme d’Histoire, il étudie le droit à l’Université de Delhi. Il travaille comme journaliste et comme animateur à la télévision. Il s’installe à Bombay en 1998 et démarre une carrière d’acteur.
Il joue notamment dans plusieurs films indépendants comme “Clever & Lonely” d’Ashwini Malik, “Split Wide Open” de Dev Benegal, “The GreatIndian Butterfly” de Sarthak Dasgupta, “A Wednesday” de Neeraj Pandey, “Peepli (Live)” d’Anusha Rizvi et Mahmood Farooqui et “Frozen” de Shivajee Chandrabhushan. Il réalise HARUD (Autumn), son premier film de long-métrage comme scénariste, réalisateur et producteur, en 2010. HARUD a obtenu le Prix Don Quixote au Festival International de Fribourg en 2011 et le Prix du Meilleur Film à Urdu en 2013.

Pham Ngoc Lan

Pham Ngoc Lan est né en 1986 à Hanoi au Vietnam.
Il étudie la planification urbaine et le design urbain de 2004 à 2009 à l’Université d’Architecture de Hanoi.
Il travaille comme designer urbain au Institute of Urban Planning and Rural Design (IPURD) à Hanoi jusqu’en 2010. Puis il devient photographe et expose plusieurs séries de photos à Taïwan, aux États-Unis, au Japon et au Vietnam.
En 2011, il suit un cursus d’art vidéo au Goethe Institute de Hanoi et participe au Hanoi DOCLAB. Il réalise un court-métrage de création-documentaire “The Story of Ones” projeté dans de nombreux festivals et musées d’Art Moderne, notamment Visions du Réel (Suisse), Rencontres Internationales du Nouveau Cinéma et Art Contemporain (France).
En 2012, il est en Résidence à Hokkaido (Japon) où il organise sa première installation photographique et vidéographique.
En 2015, il participe au Short Film Station Berlinale Talent.

Son premier long-métrage “Couli ne pleure Jamais” est en développement. Le projet a été sélectionné à l’Atelier 2017 Festival de Cannes, au Busan Project Market 2016 et au SEAFIC Script Lab.

Tumpal Tampubolon

Tumpal Tampubolon est un scénariste et réalisateur Indonésien.
Il étudie d’abord les mathématiques avant de se consacrer au cinéma une fois diplômé. En 2007 il participe au Asian Young Filmakers Forum à Jeonju en Corée du Sud. Il réalise Drum Lesson au cours de cette résidence. Il réalise Mamalia en 2010, l’un des neuf courts-métrages du Belkibolang Omnibus Film. Belkibolang a été sélectionné à Rotterdam, Hong-Kong, à Jeonju et à Udine Far East Film Festival. En 2014 il remporte le Citra Award du meilleur scénario original pour Tabula Rasa, une des récompenses les plus prestigieuses d’Indonésie.

Pablo Fendrik

Pablo Fendrik se fait remarquer en 2007 avec le thriller ‘L’Assaillant’. Diplômé du centre de recherche cinématographique de Buenos Aires, il s’investit dans un cinéma à la frontière du genre et de l’auteurisme. Assistant réalisateur puis scénariste, il se forme au terrain auprès de plusieurs cinéastes. Il travaille avec Alejandro Agresti sur la mise en scène du ‘Vent en emporte autant’ et d’‘Une Nuit avec Sabrina’, ainsi qu’avec Jorge Gaggero et Sandra Gugliotta dont il signe les scénarios respectifs de ‘Vida en falcon’ et ‘Las Vidas possible’. En 2009 sort son second long métrage, ‘La Sangre Bota’. De nouveau présentée à la semaine de la critique, la fresque dramatique confirme le talent de Pablo Fendrik.

Soudade Kaadan

Née en France en 1979, Soudade Kaadan a fait des études de critique théâtrale à Damas (Syrie), puis de cinéma à l’Institut des Études Scénique, Audiovisuelles et cinématographiques (IESAV) de l’Université Saint Joseph à Beyrouth (Liban). Elle réalise des documentaires pour l’UNDP, l’UNICEF et la chaîne Aljazeera. Son premier long métrage documentaire, Looking for Pink a remporté le prix Martine Filippi de la découverte – Grand Prix international Urti du documentaire d’auteur de Monte Carlo 2010. Son court documentaire Damascus Roof and Tales of Paradise est primé au Festival de Dubaï.

K. Rajagopal

Né le 21 Septembre 1965 à Singapour, K. Rajagopal a été comédien au théâtre pendant une quinzaine d’années. Il a ainsi collaboré avec des metteurs en scène reconnus (William Teo, Kuo Pao Kun, Ong Keng Sen, Arifin Noer and Krishen Jit). Il apparaît dans le rôle du Roi Lear dans The King Lear Project montré au Festival des Arts de Bruxelles et de Singapour en 2008. Il a réalisé jusqu’à présent de nombreux documentaires et fictions pour des chaines de télévisions asiatiques ainsi que des court-métrages. Il a obtenu le Prix Spécial du Jury au Festival International de Singapour, trois années consécutives avec ses
trois premiers courts-métrages I Can’t Sleep Tonight (1995), The Glare (1996) et absence (1997). En 2010, Le Musée National de Singapour a organisé une rétrospective de ses films.

Phan Dang Di

Les films de Phan Dang Di ont été projetés dans les festivals du monde entier dont Cannes, Berlin, Venise, Hong-Kong, Moscou, Stockholm, Vancouver, Busan… Il remporte le prix ACID ainsi que le prix SACD à Cannes pour son premier film “Bi n’aie pas peur !“. Son second film “Mekong Stories“ est sélectionné en compétition pour l’Ours d’Or de Berlin.
Il est également enseignant en Histoire du cinéma et en scénario. De plus il est fondateur et président d’Autumn Meeting, réunissant chaque année la nouvelle génération de cinéastes vietnamiens et d’Asie en général.

Bui Thac Chuyen

Né à Hanoï en 1968, il étudie la réalisation à l’Institut de Théâtre et de Cinéma d’Hanoï. Il commence à réaliser des courts-métrages et des séries TV en 1991. Aussi réalisateur de documentaires, il constitue en 2002, le Centre d’assistance et de développement pour le ciném (TPD). Il soutient et aide à produire de nombreux projets de films d’autres réalisateurs et participe à la naissance de la première librairie spécialisée dans le cinéma au Vietnam.

Fanta Régina Nacro

Née en 1962, elle grandit au Burkina Faso, dans une région rurale. Diplômée en 1986 de l’Institut d’Éducation Cinématographique de Ouagadougou, elle travaille ensuite comme scripte sur Le Choix d’Idrissa Ouédraogo, puis effectue un complément de formation cinématographique à Paris.
Son premier court métrage, Un Certain Matin, en 1991, est considéré comme la première œuvre de fiction cinématographique réalisée par une femme africaine, et est primé aux Journées cinématographiques de Carthage. Les courts et moyens métrages se succèdent ensuite et renforcent sa notoriété, notamment Puk Nini en 1995, et Le Truc de Konaté en 1998, un film drôle prônant l’usage du préservatif. Bintou est sélectionné pour la Quinzaine des réalisateurs au festival de Cannes, et reçoit également le prix du meilleur court métrage au Fespaco en 2001. En 2004, son long métrage de fiction, La Nuit de la vérité, sur les conflits ethniques, est lui aussi remarqué.